Passage en revue de Vicon Polygon 4.0

Vicon Polygon 4, nouvelle version majeure du logiciel de création de rapport clinique vient de sortir. Avant de faire le tour des nouveautés et des problèmes (il y en a), petit retour en arrière. Vicon Polygon a succédé à l’outil VCM (Vicon Clinical Manager lancé en 1992). Il s’agit d’un outil de création de rapports agrégeant les données numériques issues du fichier c3d (contenant l’ensemble des données cinématiques, dynamiques et électromyographiques entre autres), les vidéos, images, etc., sous forme d’un rapport clinique personnalisé. Le rapport ainsi créé est exporté dans un viewer en lecture seule qui permet au lecteur d’accéder aux données telles que le concepteur du rapport l’a prévu.

Les versions de Polygon se sont bonifiées avec le temps, rajoutant ça et là un certain nombre de fonctions lui permettant de suivre les innovations technologiques matérielles de Vicon. Ainsi, la version 3 de Polygon a permis d’utiliser le temps réel Vicon (via Tarsus) et surtout a permis d’implémenter les modèles musculosquelettiques. Toutefois, rien que dans la génération 3 de Polygon, un certain nombre de problèmes commençaient à titiller les nerfs de certains ingénieurs de laboratoires d’analyse quantifiée de la marche. Ainsi, la version 3, avant l’arrivée de la 3.5, était compatible avec Microsoft Windows XP et non avec Windows Vista ou Seven sauf via l’installation d’un patch non fourni par Vicon (il manquait sur bien des ordinateur un fichier dll lié à la prise en charge de la 3D). A partir de la version 3.5, Polygon n’est compatible qu’avec Windows Vista ou Seven et non plus avec Windows XP qui plante avec un beau message d’erreur la plupart du temps. la résolution du problème passe là encore par l’installation d’un patch (patch microsoft fourni par Vicon uniquement sur son site web… pratique). Plus généralement, concernant tous les produits logiciels Vicon, le virage Windows XP / Windows vista a été très mal négocié. Total manque d’anticipation ? problèmes techniques ? Toutes les explications seront les bonnes pour expliquer l’incompatibilité des softs Vicon avec Windows Vista à l’époque de sa sortie et durant toute sa période de vie (courte). Le système de Microsoft était mauvais certes, lent et la gestion matérielle foncièrement différente de XP. Au point pour les distributeurs de fournir des PC avec Windows XP aux laboratoires jusqu’à la sortie de Windows 7. Mais si l’on revient à Vicon Polygon, c’est un vrai problème puisqu’il a fallu pour les médecins et kinés lisant le rapport d’analyse de la marche, jongler avec les patchs (et les codecs dans certains cas) en fonction du système d’exploitation installé sur leur machine.

Polygon 4 était très attendu. Un certain nombre d’innovations technologiques de vicon attendaient leur implémentation dans un tel outil. Également, un rafraichissement cosmétique et fonctionnel était le bienvenu. Au final, si l’on parle de Vicon Polygon au niveau de la création de rapport, c’est du tout bon. Au niveau de l’interface, Vicon reprend la notion de ruban de Microsoft Office. C’est assez réussi mais cela nécessite un écran confortable pour l’utiliser sereinement (quelques icônes beurk… on sent bien qu’on est dans le monde Windows #troll).

Sur le plan des fonctions, Vicon a implémenté le support natif des vidéos « overlay », ces vidéos unifiant les données vidéos issues de la caméra et du vecteur force de réaction du sol en surimpression. Vicon a également bien travaillé sur les fonction d’export en permettant l’export natif en pdf ou html. Un meilleur support de la visualisation en temps-réel est également à l’ordre du jour. Ce support avait également été porté sur Polygon 3.5 en remplacement de l’antique Tarsus, le temps réel historique de Vicon IQ.

Sur le plan des nouveautés vraiment nouvelles, c’est le nouvel environnement 3D remis vraiment au goût du jour. On obtient là une visualisation 3D convaincante en lieu et place de la vieille 3D direct3D avec ombrage de Gouraud. Les meshes  fournis sont de qualité et permettent une visualisation bien plus agréable. De nouvelles fonctions sont également implémentées dans l’espace 3D permettant une personnalisation de la visualisation vraiment poussée. Les fonctions relatives à la vidéo sont très intéressantes. Le zoom et la possibilité de ce centrer sur un moment ou endroit précis de la vidéo sont un plus appréciable. Les performances ont été augmentées et on peut lire simultanément jusqu’à 6 vidéos. Un petit bémol toutefois. Le format vidéo utilisé dans Polygon est le format avi. Ce format est en fait plutôt un conteneur avec des codecs différents comme ffdshow (recommandé par Vicon), xvid ou autre. Le problème est que l’utilisateur final qui va lire le rapport fourni par le labo doit se doter d’un pack de codecs pour être sûr de pouvoir lire les vidéos…. patchs, codecs… ça commence à faire beaucoup pour le médecin qui reçoit le rapport.

Sur le plan du viewer, il y a du bon et du moins bon. Celui qui reçoit le rapport obtient un CD, un DVD ou un lien qui lui permet de lancer l’exécutable « Polygon Viewer ». Le rapport ainsi ouvert est en lecture seule et le contenu du rapport dépend de ce que celui qui l’a produit : aucun risque de supprimer des données ou de casser la mise en forme. Du côté du bon, l’utilisateur final a devant lui un logiciel agréable, intuitif, remis au gout du jour bénéficiant d’une interaction moderne avec le logiciel (ce qui n’était pas le cas avant).

Nous arrivons maintenant au truc qui fâche. Dans les versions précédentes de Polygon (toutes avant la 4), la possibilité était donnée à l’utilisateur d’agrandir un graph présenté sous forme de miniature. C’est une fonction logique que l’on retrouve de manière permanente sur le web : je vois une image présentée sous forme de vignette, je clique dessus pour la voir en grand. Au niveau des graphiques et courbes, c’est une fonction qui n’est pas seulement logique. C’est indispensable pour lire le rapport. Je dois pouvoir voir la courbe et ses détails en grand en cliquant sur la miniature de cette même courbe. Fini dans Polygon 4. Vous avez une page de miniatures de courbes, vous ne pouvez pas les ouvrir individuellement. C’est une totale aberration.  Dans un premier temps, j’ai cru à un bug et j’ai fait remonter l’info à Vicon. Il s’en est suivi un échange de mail surréaliste dont je vous passe la teneur. Une seule réponse : on a décidé d’enlever cette fonction….sic.

Cette fonction n’est pas qu’une fonction. Elle est l’essence même de ce type de logiciel. Enlever cette possibilité sciemment, c’est méconnaître comment les gens lisant un rapport clinique électronique utilisent ce rapport. Il m’est aujourd’hui impossible de recommander ce logiciel. Il n’est pas pensable de fournir un rapport dans lequel il n’est pas possible de voir un grand un graph présenté sous forme de miniature. Bref, pour tous les nouveaux laboratoires d’analyse quantifiée de la marche qui s’installent, je recommande d’acheter la version 3.5.1 de Vicon Polygon tant que ce problème ne sera pas résolu.

Polygon v4.0, quelques problèmes de jeunesse ? from Fabrice MEGROT on Vimeo.

P.S. Si vous possedez un compte Vicon Online Support, vous pouvez télécharger une version complète de Polygon 4 en essai libre pendant un mois.

 

Fabrice MEGROT

Responsable de l'Unité Clinique d'Analyse de la Marche et du Mouvement (U.C.A.M.M.) du Centre de Médecine Physique et de Réadaptation pour Enfants (C.M.P.R.E.) de Bois-Larris, Lamorlaye (Croix Rouge Française).

Laisser un commentaire